L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Abdelmalek Boudiaf l’a affirmé : L'hospitalisation à domicile approuvée par les malades

Samedi 18 Mars 2017

L'hospitalisation à domicile lancée en 2015 a suscité l'approbation des malades et de leurs proches.
C’est ce que le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière Abdelmalek Boudiaf a affirmé avant-hier jeudi à Alger.


Répondant à la question d'un député du Conseil de la nation sur l'hospitalisation à domicile et les mesures prises pour améliorer cette prestation à travers le territoire national, le ministre de la Santé s'est dit satisfait de l'écho favorable suscité par ce type de soins auprès des malades lourds  et des handicapés ainsi que de leurs proches.
Boudiaf a précisé que l'hospitalisation à domicile se veut «un prolongement des soins dispensés par les établissements hospitaliers publics aux malades lourds», rappelant que son département a mis en place un support juridique pour ce type de soins qui verra une meilleure organisation dans le cadre de l'application de la nouvelle loi sur la santé.
Il a en outre précisé que le suivi des malades lourds à travers l'hospitalisation à domicile «contribue notamment à la préservation de la dignité du malade», rappelant à ce propos que l'Etat «ne projeté pas d'ouvrir des hôpitaux pour personnes âgées afin de permettre à cette catégorie de rester chez elle au milieu de la chaleur familiale».
Par ailleurs, Abdelmalek Boudiaf, a  annoncé que les opérations de vaccination des élèves âgés entre 6 et 14 ans «ne se dérouleront plus à l'avenir dans les établissements éducatifs» mais au niveau des structures de santé de proximité.
«L'opération de consolidation de la vaccination des élèves âgés entre 6 et 14 ans ne se dérouleront plus à l'avenir dans les établissements éducatifs mais au niveau des structures de santé de proximité spécialisées qui ont déjà eu à prendre en charge des opérations similaires», a indiqué Boudiaf à la presse.
Il a déploré les «rumeurs» qui ont accompagné la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole (R-R), programmée du 6 au 15 mars courant, empêchant ainsi de nombreux élèves de bénéficier de cette opération, précisant que l'Etat «ne mettra jamais en péril l'avenir de ses enfants ou de ses générations mais œuvre plutôt à leur protection».
D'autre part, Boudiaf a affirmé que «l'Algérie compte parmi les rares pays qui assurent la vaccination gratuitement et poursuit l'application du calendrier vaccinal national en direction des enfants».
Selon les chiffres de la tutelle, l'opération de vaccination a touché plus d'un million et demi d'élèves entre 6 et 14 ans sur un total de 7 millions soit un taux de 21%.
 

Par S. O.
Lu 54 fois






Pub avec texte