L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Accord Opep-non Opep : La prolongation de la réduction se précise

Lundi 15 Mai 2017

Les pays producteurs de pétrole Opep et non-Opep convergent leurs positions et se disent prêts à reconduire l’accord de réduction de la production au moins pour les six mois prochains. La décision sera prise lors de la prochaine réunion entre les producteurs, à Vienne, les 24 et 25du mois en cours.


Le premier producteur mondial hors-Opep, en l’occurrence la Russie affiche son attention pour maintenir l’accord ‘’historique’’ d’Alger.
Dans une déclaration à la presse, le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak a déclaré, avant-hier samedi, que « l'accord relatif à la réduction de la production de pétrole des principaux pays producteurs pourrait être prolongée d'au moins six mois».
Les membres de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et onze pays producteurs non membres  vont discuter de la possibilité de prolonger l'accord susmentionné de réduction de la production, à Vienne, les 24 et 25 mai, selon le ministre russe.
«Je pense que nous allons probablement discuter d'une prolongation d'au moins six mois ou d'une période encore plus longue», a déclaré Novak selon les agences de presse russes.
Pour faire remonter les prix du pétrole, en novembre 2016, lors d'une réunion à Vienne, les membres de l'OPEP et onze Etats non membres ont convenus de réduire la production de pétrole de 1,8 million de barils par jour pendant le premier semestre 2017.
Dans le cadre de l'accord, la Russie a promis de réduire sa production de pétrole de 300 000 barils par jour.
L’autre pays influant sur le marché pétrolier  l’Arabie saoudite, lui aussi, et par la voix de son ministre de l’énergie, en l’occurrence, Khalid Al-Falih a affirmé qu’il s’attend à une extension de l'accord de réduction de la production de l'Opep au second semestre 2017 et peut-être au-delà. 
«Au vu des consultations que j'ai eues avec les signataires de l'accord, je pense qu'il sera étendu à la seconde moitié de l'année et peut-être au-delà», a-t-il indiqué. 


Par ailleurs, l’Algérie par la voix de son ministre de l’Energie, Noureddine Bouterfa poursuit ses efforts pour la stabilisation du marché pétrolier. Jeudi dernier, il a été reçu par le président irakien, où ils ont passé en revue les relations des deux pays et la situation du marché pétrolier.
En effet, Bouterfa a déclaré que «l’Algérie et l’Irak partagent la même vision tendant à redonner confiance aux marchés de façon à les stabiliser et à rendre possibles les investissements et le rebond de l’économie mondiale». 
Pour rappel, le ministre de l’Energie avait rencontré mercredi dernier dans la capitale irakienne son homologue irakien, Jabber al-Aluaibi. 
Les deux ministres ont alors abordé l'évolution des marchés pétroliers et l’impact de la décision des membres de l’Opep et non Opep de réduire leur production sur la réduction des stocks et la stabilisation des marchés. 
Ils se sont aussi concertés à propos de la prochaine réunion ministérielle de l’Opep et se sont dit favorables pour la reconduction de l'accord Opep et non Opep du 10 décembre 2016 pour une période de 6 mois supplémentaires.
 

Par Z. Radji.
Lu 111 fois






Pub avec texte