Bijoux traditionnels d’Algérie : Patrimoine à préserver

Mercredi 8 Août 2012

Bijoux traditionnels d’Algérie : Patrimoine  à préserver
L’Algérie recèle un patrimoine très valeureux de  bijoux traditionnels  qui se répartissent à travers  6 régions du pays, à savoir les bijoux de la Grande Kabylie, des Aurès, de l’Atlas saharien, les bijoux targuis et ceux des Oasis ainsi que les bijoux de la femme citadine, notamment ceux des fêtes.

L’usage de ces bijoux a été de mise tout au long de l’histoire de la société, ce qui renseigne sur sa civilisation ancrée, d’autant plus que la femme algérienne a su de tout  temps s’imprégner des modes d’ornement de chaque époque historique.
 
Il est question même des bijoux de la préhistoire" où on y retrouve les coquilles des œufs, des coquillages, des carapaces de tortues et des os, ainsi que d’autres
matières naturelles qui ont été utilisées dans la fabrication des bijoux ».
 
Cela a été créé à travers des recherches en la matière, ainsi que d’après des expositions tenues récemment dans maintes villes algériennes, pour faire connaître l’authenticité de ce patrimoine national, ses origines et sa diversité d’une région à l’autre et d’une ville à une autre, afin d’encourager les jeunes à préserver ce riche patrimoine ancestral.

 Outre l’utilisation personnelle et familiale des bijoux qui est une forme  tangible de les protéger, il existe d’autres moyens pour pérenniser l’héritage de ce patrimoine inestimable ,si bien que le commerce en ces matières précieuses était le porteur des ces valeurs bien que ce soit à des fins lucratives de quelques uns qui en ont compromis d’une manière ou d’une autre cet héritage , à tel point où des artisans ont déploré la dépréciation de ces œuvres orifiéres  expositions de bijoux traditionnels et parures d’Algérie à travers l’histoire.
 
Aussi, l’organisation des expositions dans des villes célèbres est toujours recommandée non seulement pour des raisons de médiatisation, mais aussi à titre de sensibilisation et commercialisation à grande échelle, comme cela était le cas tout récemment, à l’occasion de la tenue d’une exposition  pour une durée de dix jours, laquelle a été ouverte à Laghouat, à l’initiative du musée national du Bardo et l’Office national du parc culturel de l’Atlas saharien.
 
Organisée à la maison de la culture Ethico Abdellah-Ben Kriou, l’exposition compte plusieurs pavillons qui mettent l’accent sur l’utilisation des bijoux à travers les périodes de l’histoire et les caractéristiques des différentes régions algériennes dans ce domaine.
 
Dans le même objectif de prendre conscience de l’impérative protection de ce patrimoine, plusieurs expositions étaient également organisées dans le cadre de la célébration du Mois du patrimoine, qui  a été consacrée aux «bijoux de la Préhistoire », où l’on a pu particulièrement connaitre  de prés les bijoux de la reine Tin Hinan (période de la Préhistoire), retrouvés dans sa tombe qui à cette période a été marquée par l’enterrement des dépouilles avec des bijoux pour des croyances de l’époque.
 
Avec l’avènement de l’islam, le bijou s’est développé et a su synthétiser la quintessence de toutes ces périodes dans une symbolique harmonieuse loin des statuts et des photographies.
 
Enfin, les spécialistes en ce volet très particulier, ne cessent de préconiser plus d’importance à accorder à la dimension de préservation du patrimoine ancestral, dont la valeur est multiforme à bien des égards.

Hamid.E
Lu 975 fois




Facebook
Rss
Twitter

+17
H: +19°
L: +10°
Alger
Lundi, 25 Mars
Prévisions sur 7 jours
Mar. Mer. Jeu. Ven. Sam. Dim.
           
+22° +22° +21° +23° +24° +22°
+11° +11° +10° +14° +14° +

Pub avec texte

Téléchargez l'édition du jour en PDF


Vidéo dans l'Actualité