L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Contrôle des produits pharmaceutiques : Boudiaf pour la mise en place d'une agence africaine

Mardi 16 Mai 2017

Abdelmalek Boudiaf, ministre de la santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a plaidé, hier, à Alger pour la mise en place d’une agence africaine du médicament.


Elle aura comme mission de renforcer les capacités nationales dans le domaine du contrôle des produits pharmaceutiques notamment. 
«Il devient pourtant impératif et urgent de mettre en place une autorité supra nationale chargée du médicament. Cette agence africaine du médicament devra avoir pour missions essentielles le renforcement des capacités nationales dans le domaine du contrôle des produits pharmaceutiques, l’harmonisation de la règlementation en matière d’enregistrement et l’accompagnement en matière de développement des bonnes pratiques et de lutte contre la contrefaçon des médicaments», a indiqué  Boudiaf dans une allocution d'ouverture du 18ème Forum pharmaceutique international.
Il a expliqué qu'à la faveur de la future mise en place de l’agence africaine du médicament, «nos pays devront encadrer aux meilleurs standards le développement de la recherche et se donner, aussi, la possibilité de jeter des passerelles entre les différents acteurs pour créer la nécessaire synergie entre la recherche, l’hôpital et le monde industriel».
Les pays africains «devront aussi profiter de l’harmonisation règlementaire pour assurer la complémentarité», a-t-il suggéré, ajoutant que «si l’Union européenne (UE) a eu pour ancêtre l’Union du fer et de l’acier, l’Union Africaine (UA) peut valablement avoir comme premier espace économique commun le Marché africain du médicament».
Revenant sur le Forum pharmaceutique international, il a indiqué que le thème principal de cette rencontre est «véritablement un thème générique car l’amélioration de la gouvernance du secteur pharmaceutique africain et mondial est propice à l’évocation du médicament sous toutes ses formes», ajoutant que c'est un sujet d'une «importance cruciale».
Concernant l'Algérie, Boudiaf a affirmé que la politique pharmaceutique mise en place en Algérie et «qui a vocation à assurer la conformité, la disponibilité et l’accessibilité du médicament s’appuie de plus en plus sur une production locale des médicaments». 
«Cette politique est actuellement en cours d’actualisation à l’effet de consolider les acquis et d’accompagner le défi de l’accès aux molécules innovantes sachant qu’en Algérie la dépense de santé, y compris pour le médicament, est majoritairement et principalement à la charge du Trésor public et du système de sécurité sociale», a-t-il fait savoir.
S’agissant de la production locale, Boudiaf a expliqué que la promotion de cette industrie «vise non seulement à sécuriser la disponibilité des médicaments essentiels, mais aussi à les rendre accessibles et à des coûts supportables par la collectivité». Il a affirmé que le dossier portant promotion de l’industrie nationale du médicament bénéficie de «l’attention particulière» du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
 

Par Z. R.
Lu 27 fois






Pub avec texte