L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Coopération algéro-américaine : Alger plaide pour un partenariat gagnant-gagnant

Lundi 3 Juillet 2017

L’ambassadeur d’Algérie à Washington, Madjid Bouguerra a plaidé en Virginie devant la communauté d'affaires américaine pour un partenariat algéro-américain gagnant-gagnant, favorisant le développement des projets de production et l’exportation.


" Nous voulons des situations gagnant-gagnant ", a déclaré l’ambassadeur  lors d’une rencontre en Virginie avec la communauté d’affaires américaine,  organisée par le Conseil d’affaires algéro-américain (USABC) et le groupe  américain Spectrum en préparation d’une mission d’hommes d’affaires américains en Algérie prévue en octobre.
La rencontre a été l’occasion pour la partie algérienne de présenter les  potentialités et les opportunités d’une coopération bilatérale plus active  et plus dynamique en rappelant le partenariat stratégique liant les deux  pays dans plusieurs domaines.
" Sous le leadership du président Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie offre  aujourd'hui une image de stabilité et de sécurité ", a souligné  l’ambassadeur en exposant les atouts qui distinguent l’Algérie comme une  destination de choix qui garantit une sécurité pleine et entière à  l’investissement étranger.
Rappelant l’étendu du partenariat entre les deux pays, le diplomate a  souligné que les relations entre Alger et Washington ont "atteint un niveau  élevé de satisfaction", mettant en exergue les liens politiques et  historiques qu’entretiennent les deux pays depuis fort longtemps.
" Aujourd’hui nous tirons avantage des mécanismes permanents qui guide le  développement de nos relations dans tous les domaines à l’instar du  dialogue stratégique, dont la quatrième session se réunira prochainement à  Alger", a ajouté M. Bouguerra.
L’ambassadeur a mis l’accent, au cours de son exposé, sur la position  géographique de l’Algérie, située à proximité des grands marchés européens  et africains qui lui permettent de jouer un rôle de passerelle économique et commerciale entre les deux continents.
Evoquant la situation financière du pays, le diplomate a tenu à préciser  qu’en dépit de la baisse des cours de pétrole qui a privé le pays de près  de 50% de ses revenus, l’Algérie a réussi à faire face au choc pétrolier  grâce à une gestion judicieuse de ses ressources financières.
Malgré le contexte baissier des cours de pétrole, l’Algérie a décidé de  maintenir son système d’affectation de ressources en consacrant près de 40%  de ses dépenses aux investissements publics et 20% au développement et au  bien-être des populations.
Ces actions sont menées en parallèle avec d’autres efforts déployés pour "  rationaliser la dépense publique et lutter contre le gaspillage et toutes  les formes de corruption ", a-t-il dit.
Ces efforts se sont soldés par un maintien d’une croissance respectable de  3,6% en 2016, qui faut-il le souligner, a été enregistrée dans un contexte  baissier des revenus pétroliers, a-t-il signalé.
M. Bouguerra est revenu sur les principales incitations économiques et  fiscales offertes aux investisseurs étrangers dans le cadre du nouveau code  de l’investissement en détaillant les opportunités de partenariat dans des secteurs prometteurs tels que l’énergie, la pétrochimie, l’agriculture, l’industrie et les mines ainsi que les énergies renouvelables.
En s’adressant au parterre des hommes d’affaires américains présents à cette rencontre, M. Bouguerra a indiqué que le gouvernement était déterminé  à mettre en place d’autres incitations à l’investissement en plus de celles  qui sont en vigueur pour continuer à attirer les grandes entreprises et les PME.
La rencontre a constitué l’occasion pour les représentants de trois compagnies américaines de présenter leurs expériences d’investissements en Algérie. Il s’agit du consortium Américan International Agriculture Group (AIAG), de Varian Mediacal Systèms et Dupont qui seront également parmi les entreprises devant effectuer le déplacement à Alger en octobre.
Les porteurs de projets américains devraient rencontrer lors de leur séjour à Alger les responsables des ministères de l’Energie, de  l’Industrie, de l’Agriculture et de la Santé, selon Ismael Chikhoune,  président d’USABC.
D’autres rencontres sont également prévues avec les responsables du groupe  Sonatrach et le Forum des chefs d’entreprises. 

Redacteur En chef
Lu 150 fois






Pub avec texte