L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Grève à l'Ecole supérieure des Beaux-Arts d'Alger : Les étudiants poursuivent leur mouvement

Mardi 14 Février 2017

En dépit de l’engagement du ministère de la Culture de prendre en charge les revendications ‘’socio pédagogiques’’, les étudiants campent sur leur position et réclament du ‘’concret’’.


En effet, ils (les étudiants) refusent d’arrêter leur mouvement de protestation entamé depuis maintenant près de deux mois. Pire encore, ils ont décidé de radicaliser leur mouvement, en entament une grève de la faim.
Huit étudiants de l'Esba observent depuis huit jours une grève de la faim dans l'enceinte de l'école.
Lors d'une réunion conjointe entre les cadres du ministère de la Culture et des étudiants de l'Esba, le SG du ministère a réitéré les engagements des pouvoirs publics à prendre en charge l'hébergement des étudiants (village des artistes de Zeralda), à «assurer» la restauration et à «renforcer» les moyens de transport, comme premières mesures applicables «dès mardi prochain», a-t-il promis.
Smaïl Oulebsir a, en outre, annoncé la tenue, "jeudi prochain", de la première réunion du comité mixte regroupant les représentants des ministères de la Culture, et l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour étudier les revendications pédagogiques des étudiants de l'école. L'Esba est placée sous la double tutelle des deux ministères.
L'organisation prochaine des assises des différentes écoles des Beaux-Arts a également été évoquée par les étudiants lesquels sont appelés à organiser une assemblée générale et à élire des délégués pour les représenter.
A l'issue de la rencontre qui a duré plus de deux heures, les étudiants ont demandé un délai pour se concerter «avant de décider des suites à donner» à leur mouvement de grève.
Auparavant, les étudiants grévistes ont demandé l' «organisation d'une séance de travail avec le ministre de la Culture, des représentants de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et des enseignants de l'école en présence des médias».
L'Ecole supérieure des Beaux-Arts connaît, depuis la rentrée universitaire 2016-2017, une situation tendue marquée par des mouvements de protestation des étudiants qui revendiquent l'amélioration des conditions socio-pédagogiques.         Parmi les revendications pédagogiques, les étudiants de l'Esba exigent la révision des programmes de formation, l'accès à la post-graduation et l'équivalence des diplômes décernés par l'école, des questions déjà soulevées en 2015.
 

Par S. O.
Lu 23 fois






Pub avec texte