L’œil de Moscou…

Lundi 26 Mars 2012

L’œil de Moscou…
Concordance, intérêts et nouveau monde. C’est par ces trois intitulés qu’il faudrait, à notre sens, analyser la visite du vice-ministre russe des Affaires étrangères et représentant spécial du président  pour le Proche-Orient, Mikhaïl Bogdanov à Alger.
 
Concordance entre les deux diplomaties dans l’approche par rapport aux dossiers régionaux notamment ce qui se passe en Afrique et au Moyen-Orient.
 
Au fait, confrontée à une instabilité à ses frontières du sud et sud-est où certaines forces occidentales tentent d’avancer leurs pions, l’Algérie, bien qu’elle ne le dis pas clairement, ne verrait pas d’un mauvais œil un soutien des Russes à sa démarche dans le maintien de l’ordre au Sahel. Le dernier coup d’Etat à Bamako est un révélateur que les choses peuvent déraper et les soupçons de certaines implications étrangères dans ce chassé-croisé qui se dessine inéluctablement vers un rapprochement entre Alger et Moscou. Personne des deux ne veut être pris de court.
 
Vient ensuite le dossier syrien où d’aucun vont s’interroger sur le poids d’un pays comme l’Algérie dans ce bourbier complexe et explosif et se demander comment une puissance comme la Russie viendrait-elle «consulter» Alger ?! La consultation, en réalité,  se résume à un rôle spécifique que devra «jouer» l’Algérie au sein de la Ligue arabe et disons-le sans honte, par ces temps de traitrise et de compromission de certains pays du Golfe qui tentent de transformer cette Ligue en une caisse de résonances aux velléités bellicistes des pays de l’Otan et leurs porte-étendards dans la région, en l’occurrence, le Qatar et l’Arabie Saoudite.  Et pour utiliser le jargon de la guerre froide, disons qu’Alger sera «l’oeil de Moscou» dans la Ligue arabe, à commencer par la réunion de ce mardi à Baghdad. Doha et Ryad ne vont plus hausser le ton devant le représentant algérien, comme ils l’ont fait par le passé parce qu’ils sauront qu’Alger et Moscou sont sur la même longueur d’ondes.
 
Quand Kofi Anan se sent obligé de faire escale à Moscou et Pekin pour «imposer»  un début de solution à la crise syrienne, c’est que les règles du jeu sont en train de changer et que les conflits ne trouvent plus leurs résolutions dans les couloirs de l’ONU mais dans les capitales des «hyper -puissances».
 
Un nouveau monde est en passe de naître, de nouveaux équilibres commencent à s’imposer et par cette consolidation des relations avec les Russes, Alger ne veut en aucun cas rester en marge de l’Histoire.

Mourad Hadjersi
Lu 329 fois




Facebook
Rss
Twitter

+17
H: +19°
L: +10°
Alger
Lundi, 25 Mars
Prévisions sur 7 jours
Mar. Mer. Jeu. Ven. Sam. Dim.
           
+22° +22° +21° +23° +24° +22°
+11° +11° +10° +14° +14° +

Pub avec texte

Téléchargez l'édition du jour en PDF


Vidéo dans l'Actualité