L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Macron s’est entretenu avec Bouchouareb et Haddad à Alger : Renforcer les relations par des partenariats multisectoriels

Mercredi 15 Février 2017

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017 en France, a indiqué mardi à Alger que le renforcement des relations entre l'Algérie et la France devrait se faire à travers des partenariats multisectoriels.


«Le renforcement de la relation entre l'Algérie et la France passe par une série de partenariats renforcés, un partenariat diplomatique et sécuritaire, académique, culturel, linguistique, éducatif et, également, par un partenariat économique», a t-il déclaré à la presse à l'issue d'un entretien avec le ministre de l'Industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb.
«Nous avons envisagé l'importance des dossiers relatifs aux énergies renouvelables, en particulier le solaire dans lequel beaucoup d'appels d'offres vont être passés, et également de la volonté qui est la nôtre de renforcer ce partenariat par les infrastructures et l'échange des talents», a-t-il poursuivi.
Il a aussi estimé que des pistes de coopération étaient possibles dans les domaines des infrastructures et de la construction, de la logistique et de l'industrie agroalimentaire.
Macron a également eu un entretien avec le président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad, à l'issue duquel il a souligné à la presse que la France et ses entreprises devraient contribuer à la diversification de l'économie algérienne.
Evoquant le numérique, le candidat à la présidentielle française a relevé l'existence d'un partenariat "extrêmement vif en Algérie", deuxième marché francophone au monde après la France, avançant la possibilité de la création de "géants numériques" grâce à une coopération algéro-française.
Soutenant qu'une part importante de la coopération repose aussi sur l'énergie, M. Macron a considéré que l'Algérie avait la vocation et la possibilité d'être le premier fournisseur d'énergie solaire au monde.
De surcroît, il a fait savoir que lors de sa rencontre avec M. Haddad, les deux parties se sont entretenues sur la capacité à développer l'entreprenariat avec un environnement d'affaires stable et ouvert, conjugué à une mobilité géographique entre les deux pays qui permettra d'atteindre ces objectifs économiques. A ce propos, M. Haddad a indiqué que le développement de ce partenariat gagnant-gagnant doit absolument passer par l'axe Paris-Alger-Johannesburg, "l'Afrique étant le marché de demain".
«Les entreprises algériennes ont besoin du savoir-faire, de la technologie et de la formation françaises», a estimé le président du FCE.
 

Synthèse S. O.
Lu 72 fois






Pub avec texte