L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Mohammed Aissa l’a souligné: Révision profonde des systèmes de formation des imams

Lundi 15 Mai 2017

Le ministre des Affaires religieuses et Wakfs, Mohammed Aissa, a indiqué samedi à Mostaganem que son département ministériel œuvre à une profonde révision des systèmes de formation des imams et du discours religieux.


S’exprimant lors d’une allocution d’ouverture de la deuxième édition du colloque international sur «le discours religieux dans les médias», Mohammed Aissa a appelé à faire des multimédias un élément complémentaire au rôle de la mosquée pour lui accorder une mission sociale plus étendue lui permettant de traiter de thèmes politiques, sociaux et économique et, par conséquent, former et influer sur l’opinion publique.
«Nous devrons sortir de ce colloque avec une réflexion positive dans le sens d'introduire l’imam dans les cercles de formation où il actualise ses connaissances en pédagogie et ceux de l’université l’habilitant à mieux faire circuler l’information», a souligné Mohamed Aissa.
Il a, en effet, appelé les imams à se spécialiser dans l’art de l'éloquence pour être mieux persuasifs et véhiculer clairement le discours religieux aux récepteurs.
Mohammed Aissa a également appelé à poursuivre le travail commencé à Guelma, lors d'un atelier organisé à l’issue des rencontres de son ministère avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel, en vue d’aboutir à une charte d'éthique régulant le discours religieux dans les médias, partant d'une référence religieuse uniformisée prônant la modération.
Au passage, il a insisté sur la nécessité de comprendre la religion suivant la référence nationale sans occulter les efforts des ancêtres et des cheikhs ayant prôné une voie modérée en Andalousie qui continue de susciter l'admiration des non musulmans, tout en exhortant les professionnels de l’information, du culte et les imams à réhabiliter les ulémas d’Algérie et à défendre l'identité algérienne, maghrébine et arabe.
Le ministre a souhaité, mais aussi insisté, à ce que le colloque sorte avec une charte sur laquelle se référera l’autorité de régulation de l’audiovisuel en Algérie.
Ce colloque de deux jours regroupe des imams et des universitaires de plusieurs pays arabo-musulmans dont l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Egypte, la Jordanie, le Maroc et l’Algérie, en présence d'un représentant de l'Autorité de régulation de l’audiovisuel, du président de l’union nationale des zaouias et président de l’Union mondiale de soufisme Mohamed Omar Chaalal.
Cinq axes principaux ont été retenus pour ce colloque abordant, entre autres, "le discours religieux dans les médias", "le discours religieux dans  les supports électroniques", "la diversité du discours religieux dans les chaines satellitaires" et "le discours religieux extrémiste dans les  médias classiques et modernes".
Ce colloque international est initié par le ministère des Affaires religieuses et Wakfs en collaboration avec le laboratoire des études de communication et d’information de l’université de Mostaganem.

 

Par S. O.
Lu 25 fois






Pub avec texte