L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Produits cosmétiques contrefaits : Faites attention, votre santé est en danger !

Samedi 14 Juillet 2012

Le secteur des produits cosmétiques n’échappe pas à l’acte de la contrefaçon. Tout comme les autres secteurs, la contrefaçon gangrène le marché des cosmétiques en Algérie, au point de mettre en danger la santé des citoyens.


Produits cosmétiques contrefaits : Faites attention, votre santé est en danger !
Ces derniers sont-ils conscients des effets indésirables de ces produits vendus sur nos marchés sans aucun contrôle de conformité. Qu’en est-il des réactions des citoyens vis-à-vis de ces produits contrefaits et qui est dernière ces actes frauduleux qui menacent l’intégrité de l’économie nationale ? Puisque ce sont surtout les femmes sont les  victimes de ces actes frauduleux, notamment durant cette période estivale où elles profitent pour remplir leurs  trousses de maquillage. Du moins, c’est ce que nous avons constaté sur le terrain.
 
Sur la passerelle qui mène à la station du Champ de manœuvre (Place du 1er Mai), une foule de femmes se presse auprès de deux jeunes garçons vêtus en jean et casquette qui vendent des produits cosmétiques contrefaits.
 
Du rouge à lèvre, fard à paupière, du fond de teint, tout est cédé à 50DA ou bien trois pièces cédées à 100DA. « Il y a beaucoup de femmes qui viennent s’approvisionner  quotidiennement  en ces produits. Ce sont des produits « made in China » ou produits localement.
 
Les clientes sont conscientes des dangers causés par ces produits. De ma part, je me concentre pas sur la qualité de ma marchandise, mais l’essentiel pour moi c’est de gagner mon gain de pain de ces produits », nous affirme l’un des jeunes vendeurs. « Ces produits en vente sur le marché local et souvent cédés à des prix trop bas. Ce qui intéresse les bourses moyennes, du fait que les produits de qualité ne sont pas à leurs portées», a affirmé notre interlocuteur qui a choisit l’anonymat.
 
Khadidja, une jeune dame venue de l’Ouest du pays, a indiqué qu’elle est consciente des dangers engendrés par ces produits contrefaits, mais sa situation financière ne lui permet pas d’acheter des produits de beauté de qualité qui sont « inabordables ». « J’ai un revenu mensuel de 18.000DA, comment voulez-vous que je puisse me permettre d’acheter un baton de rouge à lèvre de marque « Bourgeois » cédé à 1200DA ? S’est-elle interrogée.
 
Il faut savoir que les produits cosmétiques de qualité ne sont pas à la portée de la classe moyenne ». Avant d’ajouter : « De toute façon, tous les produits sont contrefaits. Il n’y a pas de différence. Même dans les boutiques les plus chics, on risque de trouver ce genre de produits, c’est juste le prix qui diffère ».

Méfiance à l’utilisation de ces produits…

Face à cette fatalité de certaines personnes interviewées lors de notre virée dans certains marchés de la capitale quant à la dangerosité de ces produits. Certaines interlocutrices, nous ont exprimé leur méfiance à l’utilisation de ces produits de beauté contrefaits et aux dangers qu’elles encourrent après leur achat en ces produits. « Après avoir utilisé ce genre de produits périmés cédé à 50DA, j’avais une irritation de la peau. Ce qui m’a conduit le lendemain de mon utilisation de consulter le dermatologue.
 
Les soins m’ont coûté cent (100) fois le prix de ces produits contrefaits. J’appelle les femmes à ne pas utiliser ces produits à bas prix. Ils sont dangereux », affirme Malika. « Suite à l’utilisation d’un produit cosmétique contrefait, ma cousine a perdu la vue de son œil droit. Ce qui l’a conduite à faire une intervention chirurgicale. Elle a faillit perdre la vue », nous confit Rabia.
 
Cette méfiance a conduit les Algériennes d’aller massivement vers les maisons mères de ces produits cosmétiques. A titre d’exemple, Yves Rocher ou Golden Rose. Puisque selon notre constat, ces maisons reçoivent quotidiennement beaucoup de clientèle et ce, par crainte de ces produits contrefaits qui défigurent leur beauté.
 
A la question de savoir quelle sont les personnes qui font du marché algérien, un marché de la contrefaçon ? Fateh, un gérant d’un magasin de produits cosmétiques sis dans à la Place Audin, a pointé du doigt les grossistes qui encouragent ces actes de la contrefaçon. « Lorsque leurs produits dépassent la date de péremption, les grossistes préfèrent  vendre ces produits à 10 DA au lieu de les jeter dans les oubliettes. Ces vendeurs les cèdent à 50DA la pièce.
 
C’est-à-dire ils ont un bénéfice de 40DA. Ce n’est pas seulement les chinois qui envahissent notre marché par la contrefaçon, mais aussi les grossistes ». Et d’affirmer : « A cet effet, j’appelle le ministère du Commerce à renforcer les procédures du contrôle des grossistes. Puisque nous le savons, le marché informel est en train d’envahir le pays », a-t-il insisté.

Mohamed. I
Lu 675 fois






Pub avec texte