L'actualité
Facebook
Twitter

A défaut de Vérité, on évitera le mensonge.

Réforme de l’économie nationale : Bouteflika appelle à la mobilisation des volontés

Mardi 18 Avril 2017

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé dimanche à la mobilisation des volontés en vue "d'une sortie de la dépendance excessive aux hydrocarbures, quand bien même ces dernières sont une bénédiction pour notre pays".


Dans un message à l'occasion de la Journée du savoir (Yaoum El Ilm), célébrée le 16 avril, lu en son nom par le conseiller à la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi lors d'une cérémonie organisée à l'Opéra d'Alger, le Président Bouteflika a estimé que «nous gagnerons à mettre à profit la vision réformatrice de notre auguste Cheikh Abdelhamid Ben Badis qui a permis à nos ainés de libérer l'Algérie, pour mobiliser les volontés en vue d'une sortie de la dépendance excessive aux hydrocarbures, quand bien même ces dernières sont une bénédiction pour notre pays».
Relevant que l'Algérie traverse une conjoncture financière difficile du fait de la chute des prix du pétrole sur les marchés internationaux, le Président Bouteflika a appelé le peuple algérien à «veiller au quotidien à corriger et à perfectionner les rapports sociaux, car le développement est inéluctablement porteur d'enjeux et de défis».
«Faisons de cette  journée de célébration du savoir, un nouveau départ pour la concrétisation de nos programmes de réforme dans les domaines de l'économie, de la gouvernance et de la gestion des affaires de notre pays», a souligné le Chef de l'Etat.
Par ailleurs, le Président Bouteflika a souligné les qualités  du Cheikh Abdelhamid Ben Badis, indiquant que «son immense connaissance des  questions de la religion et de la vie, son ouverture sur la culture de  l'époque, son approche égalitaire entre fille et garçon, sa défense  énergique de l'identité nationale en termes de religion, de langue et  d'appartenance civilisationnelle, et sa lutte sans merci contre les bid'ah (innovations blâmables), la bigoterie, le fanatisme, la superstition et  autres fléaux sociaux. Autant de qualités qui lui ont valu son statut  d'homme universel et de réformateur par excellence».
Le président de la République a mis l'accent sur l'importance de  l'attachement à la doctrine réformatrice et médiane du Cheikh Abdelhamid  Ben Badis, estimant que «la modération est un bouclier à même de préserver  notre peuple musulman contre les idées qui lui sont étrangères».
Il a exhorté dans ce sens les Oulémas et Imams algériens à œuvrer à «la  diffusion de la culture de la modération (...) qui est la caractéristique  de l'Islam, religion de fraternité de paix et d'humanisme».
Pour le Chef de l'Etat, les réalisations de l'Algérie dans le cadre de  la concrétisation des idées du savant Abdelhamid Ben Badis constituent une  «source de fierté» pour l'Etat et le peuple algériens.
Il a rappelé, à ce propos, l'attachement de l'Algérie à valoriser l'Islam  en le proclamant religion de l'Etat et l'Arabe en langue nationale et  officielle outre la promotion de Tamazight en langue nationale et  officielle.
 

Synthèse S. O.
Lu 45 fois






Pub avec texte